Quand on a été formé dans un domaine, peu importe lequel, il est possible d’entreprendre. Il suffit d’avoir fait la formation pour comprendre et pas tout simplement pour avoir un diplôme. Kevin Boris DJIMBI a été formé dans le domaine de l’informatique, un domaine plutôt sollicité, et où il est relativement facile de trouver un emploi de développeur, web master, etc. Kevin avait le choix d’intégrer une boite de la place afin d’être un salarié, ou d’espérer mieux. Et il a fait le choix de « mieux ». Vous l’avez sans doute compris, Kevin a décidé d’entreprendre de changer sa situation, de s’affirmer et de saisir sa destinée.

De l’idée d’entreprise…

Ils sont nombreux que l’entrepreneuriat a choisi, et pour eux, il n’était pas possible de faire autrement. C’est ce qu’explique Kevin ! En effet, c’est grâce à son mentor et à son amour pour les TI qu’il décide de se lancer dans l’entrepreneuriat. Son mentor qui est quelque peu celui qui l’inspire l’a accompagné dans la création d’une vision, une vision que tous les deux se sont chargés de rendre possible à force de travailler et de rêver. Et cette vision était de rendre accessibles les services de leur entreprise à tous, et en un seul clic.

Il s’agit de services liés à l’édition, c’est-à-dire imprimerie, création graphique, shooting et laboratoires photo. C’est dans le but de fournir ces services que les deux passionnés vont créer la start-up Dolphprint.

Présentation de la start-up Dolphprint

Créée en 2017, Dolphprint est une start-up qui regroupe à la base trois personnes passionnées et déterminées, qui ont décidé de lancer un concept novateur dans le domaine de l’imprimerie. La start-up est en collaboration avec plusieurs laboratoires photo dans les deux plus grandes villes du Cameroun, Douala et Yaoundé.

Dolphprint vise à rendre les services d’édition accessible en un clic. Ces services sont liés à trois secteurs : l’imprimerie, la création graphique, le laboratoire de photos ! L’organisation de la structure n’étant pas fixe, toutes les entrées sont centralisées et les trois entrepreneurs veillent ensemble à assurer la comptabilité. Pour résumer, nous sommes en construction permanente de l’entreprise que nous voulons atteindre.

Voici les différents services que propose la start-up :

  • Imprimerie : impression offset, numérique et gadgeterie, etc.
  • Laboratoire de photos : livre photos, cadre photo, albums photo, impression photo sur tous supports, tirage photo, etc.
  • Création graphique : charte graphique, bannière, visuels RS, etc.

Aujourd’hui, la start-up est sur la bonne voie et réussit à avoir quelques clients, même si les difficultés sont toujours au rendez-vous.

Les difficultés rencontrées par Dolphprint

Les difficultés rencontrées par notre petite start-up se situent à deux niveaux :

  • L’acquisition de la clientèle : beaucoup de personnes par peur de se faire arnaquer préfèrent adopter des mesures préventives quant aux valeurs ajoutées que la startup apporte. Beaucoup voudrait voir les installations physiques de la startup avant de passer de réelles commandes. Mais au fur et à mesure, à force d’efforts et de sensibilisations cette difficulté est en train d’être résolue.  
  • La relation de partenariat avec les fournisseurs : puisque la start-up cherche constamment à agrandir son réseau de fournisseurs de services, beaucoup sont sceptiques et ne veulent pas une collaboration, ce qui oblige à réfléchir à d’autres stratégies de fidélisation. Il faut souligner que le modèle économique de la startup repose essentiellement sur ces fournisseurs de services, car ils sont les axes majeurs du processus de délivrance de services.

Quelques objectifs réalistes de Dolphprint

Comme toute start-up, l’objectif est de conquérir le marché, et aider les fournisseurs et collaborateurs à comprendre le concept et les termes de la collaboration. L’idée de Kevin est aussi de conquérir d’autres villes camerounaises et pourquoi pas la sous-région Afrique centrale. Ils aimeraient aussi, ses collaborateurs et lui, que leur concept soit connu, promu et accepté par les potentiels clients. 

Quand on demande à Kevin que conseil il donnerait aux jeunes qui hésitent encore à se lancer, il dit « qu’il n’y a p d’âge pour se découvrir, changer sa vie et améliorer les conditions de vie de sa communauté ». Eh oui, il n’y a pas d’âge, et l’entrepreneuriat est la porte qui mène à un changement de vie réel.  

Contact

Vous pouvez contacter la société Dolphprint en cliquant ici